Rire avec toi

4 septembre.

Séance de travail acharné sur ton futur roman. Fini épuisée, mais ressourcée.
C’est reparti et ça ne rate jamais : en me dictant tes textes, tu as soudain pris l’accent belge, tu imites Alain Decaux pérorant son Histoire de France, tu singes la rythmique et l’intonation des sermons religieux… j’éclate immanquablement de rire, et je voudrais à chaque fois te dire « encore ! ».

Il y a de l’enfance dans cet « encore » là. Quelque chose de gratuit, de léger, de tout entier concentré dans le plaisir d’exister dans l’instant présent. Quelque chose que les enfants comprennent d’ailleurs mieux que quiconque, puisqu’ils n’aiment rien tant que rire avec nous, leurs parents, encore et encore.

Quand je ris avec toi, tout ce qui interfère dans notre relation – tensions, affect, désir – s’efface, pour laisser place à quelques secondes d’une fusion parfaite, à la fois totalement charnelle et complètement platonique. C’est une drogue douce, une addiction à laquelle nous nous adonnons tous deux avec délice, et qui soude une complicité dans laquelle le plaisir règne en maître absolu.

T’entendre rire, c’est enfin te regarder exploser, libérer l’énergie folle qui t’habite, et m’exposer toute entière à cette irradiation qui me ramène au versant solaire de l’enfance, cette période où rire et me sentir vivante suffisaient à mon bonheur d’exister.

Enregistrer

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s