Archives de Tag: enfance

On est vendredi, et je viens te dire que je t’aime.

Sur mes mains, un parfum d’enveloppe de noix fraîche. Depuis combien de temps ne m’étais-je pas réjouie de découvrir une odeur inconnue ?

Gaieté du Vendredi ! Une porte s’ouvre dans le tunnel des obligations hebdomadaires, on en franchirait presque le seuil en hurlant de joie. Pour moi, l’après-midi sera buissonnière, sa saveur celle d’un temps non plus compté, mais vécu. La campagne flamande m’attend. Tout scintille alentour, la belle lumière métallique du Nord accroît d’un cran mon allégresse à la perspective de glaner noix, mûres, noisettes… dans la réserve naturelle découverte il y a peu, heureusement dissimulée aux regards par une imposante briqueterie.

Arrivée sur les lieux. Un calme absolu règne et j’avance – indienne – dans la végétation dense et libre des marais peuplés d’oiseaux qui parsèment le site. Au-dessus d’une roselière, un balbuzard pêcheur plane. Bien vivant, le plaisir de reconnaître les espèces – patiemment nommées par mon père au cours de nos promenades lorsque nous étions enfants mes frères et moi- ne s’est pas flétri avec les années. Merveilleux héritage que celui consistant à nous lester de ces indices du monde, pour nous laisser ensuite partir librement à la traque au sens que nous voulions leur donner.

Tapie dans une cabane d’observation, je guette. Un froissement de feuilles, soudain. Une aigrette surgit, et la grâce de son envol est l’émerveillement qui récompense – sans jamais faillir – toute attention fine portée à la danse moléculaire du vivant. J’ai porté mes mains à la bouche pour étouffer un cri de surprise et ne pas effaroucher l’oiseau. Au creux de ma paume, l’odeur laissée par l’enveloppe légèrement écrasée et humide des noix fraîches que j’ai ramassées en chemin me saisit : citronnée, un peu âcre avec un fond capiteux, elle m’était jusqu’ici inconnue. J’inspire profondément, flaire chaque repli de peau pour m’en imprégner. Oh, le plaisir de l’étonnement, de sa répétition avide ! Sentir, goûter, palper, écouter… : sédiment des années d’enfance, puissance de cette ressource qui m’aura épargné de revenir de tout, et me permet encore aujourd’hui d’inventorier le monde de tous mes sens quand les heures ne sont pas scandées et qu’il devient alors possible d’arpenter librement l’univers infini.

Sur la route du retour, bonheur de la vitesse et du vent à moto. Le soir est lumineux, la campagne environnante calme, et la joie dont m’ont imprégnée les lieux est un baptême païen qui reconnecte à la vérité simple d’un Amour englobant dans une seule et même vibration notre univers et tous ses êtres vivants.

Dans quelques minutes, je franchirai le seuil de la maison, nous sommes vendredi et je viens te dire que je t’aime.


Je croyais jusqu’alors que l’amour était reliance, qu’il nous reliait les uns aux autres. Mais cela va beaucoup plus loin ! Nous n’avons pas même à être reliés : nous sommes à l’intérieur les uns des autres. C’est cela le mystère. C’est cela le plus grand vertige.

C.Singer, Derniers fragments d’un long voyage.

48 Commentaires

Classé dans journal, Uncategorized

«Le réel, c’est quand on se cogne »

L’argent manque, il faut tout compter, trouver des solutions. Hier, pour le dîner, je suis allée récupérer des invendus alimentaires, cédés à petit prix. Lire la suite

27 Commentaires

Classé dans journal

Petit Roi Penché.

Le froid sévit, acide. La nuit pourtant je sors, pieds nus sous les étoiles. Lire la suite

42 Commentaires

Classé dans Uncategorized

« Everyday I write the book »

Début novembre, les images d’un étang frissonnant dans la brume d’une campagne en hiver ont fait irruption dans mon fil d’actualité. Tôt, chaque matin, je les attends, le cœur battant. Lire la suite

18 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Série  » Éthers mités « 

D’une plume à l’autre… une approche différente, mais une même tentative de laisser une trace sous la surface des choses.

(Gravure à la pointe sèche sur Rhénalon)

image

 

2 Commentaires

Classé dans gravures

« Tu es en mode mélo ? »

Une fois de plus, j’ai ressorti cette vieille photo. Je le fais chaque fois qu’il m’arrive d’avoir à conjurer une envie de mourir imminente. Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

« Tu es content de me voir ? »

J’ai ouvert doucement la porte, et suis entrée. Comme chaque jour, depuis toutes ces années, je viens te rendre visite, vérifier que tu es là et que tu ne manques de rien.

Entre nous, dans cet espace qu’il faut bien appeler parloir, il y a la vitre. Lire la suite

6 Commentaires

Classé dans Uncategorized

« Je suis rose clair. »

La scène se passe en hiver, sur l’aire de jeux d’un grand jardin public. Mon fils a deux ans. Depuis quelques minutes, il a cessé de jouer pour s’approcher d’une femme noire, qu’il observe maintenant avec la gravité attentive et totalement désinhibée  propre aux enfants de cet âge lorsqu’ils s’interrogent. Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Gentil coquelicot

8 heures. Aller travailler, en mode aquoiboniste.


Huit heures, pavés glissants et humeur grise, mais cela ne fait rien. Dans quelques instants, la rue va s’éclairer.

Le petit miracle est quotidien. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Rire avec toi

Séance de travail acharné sur ton futur roman. Fini épuisée, mais ressourcée.
Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized